Les deux Irlande

La balade Irlandaise

16 juin/25 juin

Vous n’avez pas répondu assez nombreux à ce projet du tour d’Irlande, aussi, afin de maintenir le prix, notre prestataire a du proposer ce voyage dans son catalogue, avec nous des voyageurs rennais, nantais que le chauffeur du car a pris en charge, ce ramassage nous a rappelé notre lointain ramassage scolaire. A Roscoff, nous avons embarqué sur un magnifique ferry, le Pont Aven, pour une traversée de 14 heures. Accueil, information, dîner, mais quel dîner! service soigné et très attentionné, buffet copieux, à oublier que nous étions à voguer sur la Manche, enfin presque… Avant de retrouver sa cabine, un bon moment de détente au piano bar. L’agencement des cabines en a surpris quelques uns, un lit accroché au plafond mais aussi un confort adapté, très sympa.

Petit déjeuner à bord, arrivée à Cork à 10 heures, accueil de notre guide accompagnatrice: Toni, pour le tour panoramique de la ville. Notre première visite fut celle d’une distillerie de Whiskey à Midleton. Tous les grands noms de ce breuvage »Janeson-Paddy ». Un tour de l’ancienne fabrique en passant devant de monstrueux alambics, tout en cuivre rutilant dont le plus grand du monde d’une capacité de 130 000 litres. 8 courageux voyageurs ont accepté de participer à une dégustation test, rassurez vous, tout le monde marchait droit.

Le lendemain : le Comté de Kerry, Killarney, ville située dans le plus haut massif montagneux, lacs, parc paysager de Muckross et ses rhododendrons, azalées, hortensias, plantes arbustes d’une étonnante variété. Retour à l’hôtel pour assister à un spectacle Irlandais de danses, de musique et de chants qui nous a comblés. Ce n’était pas le spectacle mondial de « Riverdance », néanmoins j’ai aimé, il montre l’attachement des Irlandais à cet héritage, groupes musicaux aux instruments variés (piano, bandonéon, guitare banjo, flûte, gros tambourin tendu de peau de chèvre que l’on frappe d’une courte baguette ou des mains).

Reprenons la route vers le Comté de Clare jusqu’aux spectaculaires falaises de Moher, elles culminent à plus de 214 mètres au-dessus de l’Atlantique. Ce site est protégé, dangereux pour l’homme, mais refuge idéal pour les oiseaux marins.

Après la traversée de l’impressionnant et tourmenté chaos des Burren, nous avons assister à une démonstration de chiens de berger, les Border Colley. Ce chien est dressé à la conduite des troupeaux de moutons, il est reconnu pour son intelligence, son obéissance, ses aptitudes physiques lui permet de réaliser des prouesses. Je pense, qu’avant tout il aime son maître, il répond aux différentes tonalités du sifflet pour rassembler, conduire, amener le troupeau dans une direction précise.

Après une nuit dans le Comté de Galway, notre matinée fut consacrée à la découverte du Connemara, pays des tourbières, des lacs à perte de vue, nature sauvage désertée par l’homme mais habitée par des moutons, poneys, terre veinée de murs de pierres. Sur la ferme historique de Dan O’Hara, l’exploitation des tourbières : la tourbe, épaisse couche de matière spongieuse brunâtre, devient combustible en séchant. Elle est le résultat de la lente décomposition de mousses et de végétaux, sa forte acidité révèle les témoignages du passé ( squelettes de rennes, corps humains momifiés. Découpée en brique et séchée, elle est utilisée pour le chauffage et l’industrie. Notre journée s’achève par la découverte de l’Abbaye de Kylemore, entourée d’une forêt de rhododendrons au bord d’un lac.

Parvenus aux portes de l’Irlande du Nord, Londonderry, ville entourée de remparts , ville d’histoire et de souffrances, de ces remparts nous avons découvert des façades décorées de peinture, évoquant les troubles, mouvement nationaliste Irlandais, en 1972, Dimanche sanglant. Partons à notre visite géologique : La Chaussée des géants, à l’extrême Nord de l’Irlande. Ce sont des colonnes basaltiques résultant de coulées de lave, elles ont la forme de polygones étroitement imbriquées. Je me souviens avoir emprunté un escalier de 149 marches dans la falaise…Après ce site exceptionnel, nous avons fait le tour panoramique de Belfast, visite commentée par un guide touristique.

Au programme de notre dernière journée : Dublin et son musée Titanic. Musée moderne ou nous avons pu revenir sur le trop cruel naufrage de ce si grand et célèbre paquebot mais aussi toutes les étapes de sa construction. Et dans l’après midi : très grande marche, commentée par Toni, dans les rues chargées d’histoires de la ville.

Ce récit serait incomplet si je ne vous parlais pas des « Irish Pub » : ce sont des lieux très fréquentés par les Irlandais. Certains d’entre nous, malgré les journées bien remplies, avaient encore assez de « punch » pour y passer quelques instants. Ce sont des lieux chauds, colorés, décorés de boiseries, d’objets et d’affiches publicitaires, photos et instruments de musique. On y boit beaucoup de bière, des whiskey , on y mange, on y chante et on y danse dans l’ambiance chaude de ces musiques irlandaises.

Cependant, l’histoire de l’Irlande est difficile, après de multiples invasions, celtes, vikings, anglo normandes, les irlandais ont toujours cherché à s’affranchir de la domination anglaise. Ils se sont forgés une culture celtique forte d’un solide catholicisme. Ce fut une lutte incessante entre catholiques et protestants, idées républicaines et le pouvoir des anglais. Tout au long de notre périple, nous avons ressenti cette lutte intense.

En 1847 et les années suivantes, l’Irlande a vécu l’horreur d’une terrible famine, suivi d’une émigration massive vers l’Amérique, de très nombreux américains confient avoir des ancêtres irlandais.

Puis Cork, embarquement sur le Pont Aven, Roscoff, enfin le retour!

Ce fut une belle balade.

LOUISE