Le Tyrol

Juin 2015

     Je l’avoue humblement… je suis bien embarrassée pour vous raconter notre voyage en Autriche. Pendant une semaine, nous avons parcouru des kilomètres et des kilomètres, visité de grandes villes et nos guides ont su nous plonger dans l’Histoire de ce pays en soulignant l’empreinte des Habsbourg. Tous les grands lieux touristiques de ce pays sont rattachés aux Habsbourg.

autriche1    Concrètement, notre avion a atterri à Innsbrück, ville du Tyrol autrichien. Du hublot de l’avion, nous avons eu le privilège de voir les cimes encore enneigées des Alpes. En hiver, Innsbrück est très fréquentée par les skieurs et le tremplin de Bergisel est un tremplin olympique de saut à ski.

    Dans le Palais Impérial, les portraits des 16 enfants de Marie Thérèse décorent les murs de la grande salle (31 mètres de long). 2657 tuiles de cuivre doré recouvrent le « petit toit d’or », merveille touristique d’Innsbrück. Nous avons terminé cette première journée avec une soirée tyrolienne : chanteurs, musiciens et danseurs en costume… comme eux, j’ai voulu « yodler ou iouler »… sans succès bien sûr, car c’est un exercice de chant très difficile, obligeant un long apprentissage.

    Salzbourg : j’y ai déploré ce court passage, des travaux de voirie ont perturbé notre visite. Salzbourg demeure étroitement associée à son plus célèbre enfant : Mozart. Pas de visite de sa maison natale, pas la moindre note de musique. Nous avons déambulé dans la célèbre « Getreidegasse », ruelle aux multiples et très belles enseignes où est né Mozart au n° 9.

    Visite de la Cathédrale : chef d’œuvre de l’architecture baroque avec ses stucs et ses fresques. Nous avons poursuivi la route en nous arrêtant à Melk, avec sa splendide abbaye bénédictine, surplombant le Danube. L’église abbatiale date de l’époque baroque, avec opulence de dorures sans oublier la bibliothèque où dorment 85000 volumes et autres manuscrits du 9ème au 18ème siècle.

    Arrivés dans la soirée à Vienne, nous avons posé nos valises dans un hôtel extérieur à la ville… surprises et désagréments qui nous ont étonnés mais aussi bien faits polémiquer. Soirée dans un « Heuriger » restaurant à vin typiquement viennois… un accordéoniste nous a accompagné pendant le dîner et nous avons chanté. Le musicien a beaucoup apprécié notre brillante participation. Et demain, nous attendait une journée « KOLOSSAL ».

En route pour le Grossglockner devant une cascade
En route pour le Grossglockner devant une cascade

    Bordant la Ringstrasse, les constructions incarnent les fastes de l’Empire. En effet au XIXième siècle, François Joseph Ier a commandé la destruction des fortifications médiévales pour ouvrir de larges artères et la construction de l’Opéra, le Hofburg, le Parlement… autour de Grandes Places. La statue de Marie Thérèse d’Autriche domine ce lieu, elle a régné pendant 40 ans. Dans le cœur des Autrichiens, elle était la mère de la Nation. Visite guidée du Château de Schönbrunn : appartements de Marie Thérèse et de François de Lorraine, de François Joseph et de Sissi.

    Napoléon et son fils l’Aiglon y ont aussi laissé leurs empreintes. Le Musée des Carrosses abrite une impressionnante collection de riches véhicules impériaux, entre autre le carrosse du couronnement de François Ier de Habsbourg-Lorraine.

    Le concert au Château de Hofburg : enfin dirais-je, en venant à Vienne c’est une obligation ! Bien installés, aucune salle au monde ne peut se prévaloir d’avoir accueilli autant de concerts. De Mozart à Johann et Joseph Strauss, une étonnante participation du public avec la marche de Radetzky, ce fut une très belle soirée d’émotions, beaucoup d’entre nous se sont aidés du « Danube Bleu » pour rêver.

    Encore quelques kilomètres pour arriver à Graz, deuxième ville d’Autriche et capitale de la Styrie au sixième jour. Graz a été désignée, capitale européenne de la culture, en 2003, année où fut créée la Murinsel soit l’île sur la Mur, rivière qui traverse la ville. Nous avons admiré la décoration florale de la cathédrale mise en place pour l’installation d’un nouvel évêque.

   Avec ses 123 mètres, la colline du Schlossberg domine la ville. Il se raconte que les habitants de Graz ont versé une importante rançon aux français afin que les troupes napoléoniennes en 1809 abandonnent leur projet de destruction de la Grande Horloge.

    En route pour notre dernière journée : 380 kilomètres afin de retrouver Innsbrück par la Route du Grossglockner, point culminant de l’Autriche avec 3800 mètres. Mais voilà, le temps est gris et froid, les paysages et villages seront certainement moins joyeux sans soleil. Il est dit que là-haut, nous avons un panorama grandiose. Hélas, les nuages se jouent de nous et nous cachent les sommets, la pluie nous glace et tant pis pour le repas dans le restaurant panoramique, mais aussi tant pis pour les marmottes et la langue du glacier, semblable à notre Mer de Glace.

    Lundi 15 juin : retour vers l’aéroport et départ, trajet dans les nuages et dans cette masse nébuleuse nous avons pu fredonner :

                   « Au joyeux Tyrol. Quand la gaieté prend son vol. Il n’y a rien de plus beau. »

(extrait de l’Opérette : « Le Cheval Blanc »).
Louise

 autriche2